Je suis,

Mat Chevalier, le chieftain de la tribu wildmight

Un inflexible asperger hp gaucher INTJ vegan anarcho capitaliste de 1979 qui vit dans les Cévennes, s’entraine et étudie tous les jours pour atteindre liberté et puissance. Je me construis une vie de primate à base de nutrition raw vegan, entrainement physique et études de tout ce qui peut me faire gagner en autonomie et indépendance.

Sur ce site et dans mes vidéos, je fais profiter à mes semblables, de mes connaissances en conditionnement physique, nutrition, méthode d’entrainement et des concepts émergeant de mes turbulentes réflexions à propos de l’entrainement, du mental et de la souveraineté individuelle propre à tout humain ayant eu assez de volonté et d’intelligence pour résister aux tentatives de dressage des serviles suppôts de l’éducation nationale pour leur faire accepter sans besoin de lubrifiant, la coercition de l’entité étatiste. Malgré un programme de propagande omniprésent dans les médias, le dressage et la tromperie ont échoué sur moi car j’ai gardé mon individualité. Je suis un déchet du système français. Même un programme d’endoctrinement forcé de 15000 heures élaboré par les êtres les plus néfastes de la planete a son taux d’échec.

 

Mon expérience en conditionnement physique

J’ai la polyvalence. Mon point fort est que j’en ai aucun. C’est rare que j’arrive dans un entrainement spécifique d’une discipline et que je sois largué. Je me sens adapté partout ou je vais. En combat main nues, en frappe, en lutte, au couteau, à l’épée, à la lance, pour me déplacer, sauter, pousser, tirer, taper, encaisser, soulever, me soulever… Sauf lancer, la je suis nul. Faut pas me confier les grenades sinon je les lance à 10 mètres.

La spécialisation est pas pour moi. Bon à rien, moyen dans tout. J’ai brievement pratiqué:

Entrainement arm wrestling pendant les france de stongman

Full contact, krav, sambo, kyokushin, wushu, kali, kenjutsu, gladiature, escrime medievale, muay thai, gym, trapeze, portee-equilibre, haltero, stretching et tout ceux que j’oublis. Depuis quelques années je me suis refocus sur le conditionnement physique en faisant surtout de la muscu un peu d’haltéro et du bras de fer. J’adore le poids de corps et les charges libres. Un bon barbell de 80 cleaned et slamed au sol, voila un entrainement fun. Bien sur je continus le combat quand j’en ai l’occasion, car c’est la ou est mon vrai potentiel.

J’aime m’entrainer seul chez moi ou en extérieur, arracher dans mon garage quand il fait froid, tracer des sprints près de la rivière et taper au sac ou avec quelques partenaires.

Toutes ces pratiques m’ont donné un bon aperçu global de comment fonctionne un corps humain et de ce qu’on peux développer.

 

Je suis vegan depuis 2012        

J’exige que mes droits naturels soient respectés. Et je tiens aussi à respecter ceux des autres personnes surtout quand c’est des animaux. Peu de gens pensent ainsi. T’es-tu seulement déjà demandé pourquoi t’es encore en vie? Pourquoi personne ne t’a tué depuis que tu existes? C’est simplement, car t’as une valeur pour quelqu’un dans cette société. Cette valeur peut être économique ou guerrière si tu es actif sur le market, biologique si tu es une fille, ou fiscale, budgétaire et électorale si tu es un chômeur, hors-la-loi, prisonnier ou autre type considéré comme parasite sociétal. Ta valeur marchande te donne une protection, quelqu’un à interet à ce que tu restes en vie. Voilà pourquoi on te laisse la possibilité d’exister. Il n’y a absolument aucune autre raison. Sans ça tu serais mort depuis longtemps car au moins 95% des humains se tiennent prêts à te sacrifier pour leur intérêt à l’instant précis ou ils en auront l’opportunité.

Dramatiquement, la principale valeur marchande que les humains ont trouvée aux animaux, c’est de les torturer toute leur courte vie dans des élevages horribles pour récupérer les calories de leur cadavre. Hélas je suis pas vegan depuis la naissance, il m’a fallu bien longtemps pour prendre conscience de toutes les tortures que je finançais chaque fois que j’achetais des cadavres d’animaux pour les dévorer. Ça veut dire qu’en 2012 j’ai dû apprendre beaucoup de choses en nutrition. J’étais végétarien depuis 1 an quand j’ai eu le réveil vegan et il s’agissait quand même d’un gros pallier. Simultanément, j’étais aussi en quête de purification de ma nutri, en plus du végétalisme. Je connaissais trop peu d’ingrédient et de façon de les cuisiner au début. J’ai eu une période d’adaptation durant laquelle j’ai perdu de la masse du à la baisse d’ingestion de calories. Puis j’ai progressé lentement les années suivantes une fois ma base alimentaire définie. Finalement durant les 5 années d’après mon passage vegan j’ai + augmenté mes perfs que les 5 années avant.

Je suis un nutrinazi

Je mange uniquement de l’ingrédient générique, c’est pour ça que je me dis raw vegan. Je suis presque paleo vegan car à part quelques légumes secs et le riz tout est conforme à l’époque de nos ancêtres dans ma nutri. Le seul junk food qu’il peut m’arriver de manger c’est les frittes. Le truc c’est que la ou j’habite y’a pas de frittes. Je veux dire, tu crois que je vais me promener à la rivière et au détour d’un rocher y’auras un lepreuchaun sur son stand qui vendra des frittes? Non, y’a que dalle ici. Tu veux des frittes, tu te les fabriques. Et comme j’ai pas envie de souiller ma sainte vaisselle à l’huile de friture, au final j’en mange 1 fois par lustres quand je vais à la ville.
Je ne mange de saloperies occasionnelles en me justifiant par la faible fréquence de tels ecarts, de toute façon mon corps rejette ça maintenant. Je ne fais même exprès d’être si strict. C’est juste devenu instinctif. Les habitudes sont plus fortes que la volonté.
Si je suis invité à une soirée mondaine et que le maitre de maison me propose des gâteaux même vegan, je lui dirais “va t’en maitre de maison, c’est de la merde tes gâteaux, y’a du sucre ajouté et les ingrédients sont même pas organique!”.

Comment j’ai commencé

J’ai commencé l’entrainement à 13 ans. Avant ca je délaissais le sport qui me désintéressait totalement. Évidemment quand t’es comme moi et que t’es enfant/ados tu comprends vite que dans cette vie, l’ennemi c’est autrui. Mon désir d’exercer mes droits naturels me classaient dans la catégorie des aliénés à dresser pour 99% des gens.

Quand j’ ai compris qu’on pouvait pratiquer un sport afin de devenir meilleur pour eclater de lhumain se défendre, la pratique du combat est devenue obsessionnelle. En plus, c’était à l’époque de vandamme, bruce lee et son goku, j’étais donc motivé tous les jours :). Du moins de 13 à 15 ans où j’ai dramatiquement augmenté mes capacités d’attaques et ma masse musculaire. A 14 ans je faisais encore  63 Kg pour 177cm, ce qu’on appelle communément une merguez. La boxe m’a declenché. A 16 ans j’etais à 80kg pour 181cm (Tout Fat Compris, j’étais bien fat à l’époque). Et puis… je me suis lassé. Je me suis rendu compte que le full contact était trop éloigné du vrai combat. Comme je n’y transposais ce que j’y apprenais, j’ai perdu l’intérêt. En plus de ça le lycée camp d’endoctrinement pour perforation d’avant trou des futurs esclaves de l’état socialo-corporatiste me mettait la pression. Combiné avec que j’etais un sacré branleur => ma motivation et ma routine furent  subitement disruptées.

D’ailleurs si tu es comme moi, un branleur ambitieux avec peu de motiv pour t’entrainer et que tu veux quand même avoir un physique d’animal, je vais t’expliquer comment j’ai fais sur ce site.

Les 10 années qui on suivies, j’ai erré à faire de brumeux entrainements avec quelque potes que j’arrivais à rassembler rarement les samedis et dimanche matin quand ils ne s’étaient pas trop torchés la veille et qu’ils pouvaient se lever (encore plus rare). Évidemment pendant ces années à faire mon fighter du dimanche, le temps se consumait avec mon potentiel et ma progression durant cette période fut plutôt…. nulle.

C’est seulement à 25 ans que j’ai repris frénétiquement les entrainements en constatant que si je voulais arriver à quelques choses, il allait falloir que je fasse avec les moyens dispos quitte à y aller en solo. J’ai fait le tour des dojos et des clubs loisirs pour apprendre plusieurs styles et adapter un système et des méthodes d’entrainements qui me convenaient et se rapprochaient du réel. Et je restais réceptif pour les fois ou je trouvais quelques gars motivés pour du street.

Il fallait encore arriver à s’y mettre efficacement.

Comme mentionné plus haut, j’etais fainéant. Et au début de ma reprise, c’était difficile d’être sérieux et régulier. Même en m’étant remis sur les rails tout était encore à faire. J’ai bien galéré pour vraiment créer les habitudes et devenir totalement autonome.

La plupart des gens qui s’entrainent te dirons qu’il faut de la volonté, de la motivation et appliquer une discipline de fer. Facile à dire. Je manquais de tout ça. J’ai essayé longtemps d’y aller à la force brute de volonté et… ça marche juste pas, pour moi comme pour la plupart des pratiquants. C’est vrai qu’il y à des berserker qui se contentent juste de travailler très dur et de faire des efforts. Et ils semblent y arriver comme ça. Ces types de champions sont vraiment rares.
Sérieusement, si la volonté marchait y’aurais pas autant d’abonnements en salle déshonorée par ceux qui les souscrivent, tout le monde arrêterait de fumer et les humains seraient tous des sur être de l’univers à 10% de bodyfat créant des business à succès en parlant 8 langages. La vérité est que la volonté et la motivation sont bien faible comparé aux techniques qui respectent le fonctionnement humain. Elles m’ont permis d’avancer avec fluidité sans forcer en restant deter.

Le bon moment pour abandonner quelque chose est quand on s’amuse pas. Le big deal est de faire en sorte que ce soit toujours fun.

Dans ma vie je mets d’ailleurs un point d’honneur à faire 0 effort. Si quelque chose me déplait, je le laisse de côté. Si j’ai besoin d’accomplir un quelconque douloureux moi-même, je trouve d’abord le moyen de le rendre fun avant d’aller jouer à abattre la tache. Si c’est impossible, je m’efforce de les deleguer au mieux.

Quelle stratégie j’ai used?

Deja la persistance est primordiale. Même quand j’avance mal, le fait de garder l’envie et de continuer à pousser sans me soucier des mauvais moments me garantit toujours un succès tôt ou tard. Telle une plante qui pousse tout le temps vers la lumière sans se soucier des faits. A force elle traversera éventuellement tout ce qui bloque. En étant en recherche permanente, ça m’a permis de trouver les méthodes qui me convenaient:

Gamiser les training, créer les habitudes en répétants des objectifs très faciles à atteindre, travailler sur l’aménagement d’un environnement propice. Et faire aussi de la bonne motive primitive en bonus avec des process définis.

Je me suis reconditionné mentalement. J’ai identifié les mécanismes qui m’ont permis de casser les mauvaises habitudes et créer des cycles d’efficacités.

C’est stylé d’etre bien sec. Le downside, c’est qu’en ayant ce body fat, mes perfs sont 5-10% plus faible que quand je suis plus gras. Seul certains sont fait pour rester sec génétiquement.

Now

Je suis à 183cm pour 80-82 Kg à 10-12% bodyfat selon les periode. (Beaucoup de mal à atteindre le solide palier des 85K) Je m’entraine presque tous les jours avec une intensité qui va de correct à élevée. Il est devenu réflexif de pratiquer certains mouvements hors training et même quand j’en ai envie ou que d’autres obsessions monopolisent mon temps, impossible de rester inactif plus de 3 jours, car mon corps est physiquement en manque de stim.

J’ai maintenant de solides processus. Ca m’a pris plusieurs années pour trouver mon rythme et créer des habitudes d’entrainement aussi inébranlable que d’allumer mon PC de pro-gamer tous les matins au réveil. Ah non, pas besoin de l’allumer je l’éteins jamais :p

Exemple pour te dire que si un Autiste otaku PGM de hacknslash/RPG a pu se créer une discipline sans effort, je peux quasiment garantir que je peux t’apprendre à en faire autant sur wildmight

Si tu as des choses que tu aimerais savoir sur moi, pose tes questions dans les coms, ça pourra être traité dans une future vidéo ou je raconte ma vie.

Force n fun