Après 15 ans d’entrainements voila une des choses les plus importante que j’ai découvert sur la progression physique.

Depuis que j’ai commencé ma carrière sportive j’ai passé des périodes d’entrainement tres diverses.

  • De (rares) périodes de classique semaines de 4 séances de 2h de muscu en salle en appliquant un programme strict, avec prise calorique volumineuse pour être certains d’avoir un anabolisme optimal a renfort bien sûr d’un peu de prot en supplément.
  • Des périodes sports combat très cardio, avec de la muscu à la maison, en extérieur, avec charge ou au poids de corps.
  • Des périodes avec conditionnement physique divers, sprint, haltéro, muscu, combat…
  • Des périodes totalement instinctives ou mon activité physique était uniquement drivé par mon environnement, mes habitudes, et les taches à faire de la vie.
  • Des périodes ou je m’entrainais tellement peu qu’il s’agissait juste de maintenir l’habitude en faisant des routines.

En tentant de monter mes perfs par la pratique obsessionnelle du combat et du conditionnement de façon globale j’ai testé beaucoup de méthodes et mesurer beaucoup de résultats sur beaucoup de mouvement et paramètres. Et en prenant un peu de recul pour faire le point sur toutes ces données, la conclusion est plutôt décevante :

“Il y a peu de différence de performance sur un exercice entre une pratique irrégulière selon les opportunités et les humeurs et une pratique intensive méthodique et rigoureuse.”

Quand je dis peu, j’ai mesuré quelque chose comme 20% sur plusieurs mouvements. Par exemple en etant rigoureux avec toutes les conditions optimales, je vais monter à 100 ou 105 au couché en peut etre 1 an, alors qu’en faisant juste mes routines et mes activité habituelle, c’est a dire en faisant quasiment pas de muscu je vais rester a 80-85 en maxi. Le rendement de l’entrainement est donc rapidement décroissant. Bien sur, ca depend aussi de ta génétique et tu comprends l’idée. Entre le meilleur sprinter de la planète qui s’entraine avec dévouement et le gars qui cours un peu pour le fun qui arrive à faire son 100 mètres en 11 secondes et ben y’a qu’une seconde d’ecart…

Donc vouloir s’entrainer au-delà d’un certain seuil donnera des résultats très faible par rapport à l’énergie/temps dépensé. A ça il faut aussi compter que pour maintenir un niveau qui dépasse de beaucoup tes capacités naturelle (ou utile dans ton environnement) demande énormément d’entretien. A la moindre incartade dans ta rigueur, les performances reviendront à leur plancher, attirée par la gravité. Rester en lévitation avec nos perfs demande donc un engagement incroyable. Même si on veut être un spécialiste qui s’entraine à la même chose tout le temps. Comme un compétiteur ou un faiseur de records.

Pour des primates comme nous qui voulons développer un physique efficace polyvalent, tomber dans le piège de l’entrainement à rendement faible est une erreur stratégique d’allocation de tes ressources.
Mieux vaut travailler sur un autre paramètre une fois qu’un niveau rapide à atteindre et facile à maintenir est validé. Ça te permettra de toujours progresser de façon intéressante sans stagner en voulant à tout prix dépasser les lois biologiques. Evidement tu rencontreras beaucoup de personnes qui arrivent à les dépasser en utilisant quelques procédés chimiques mais tu sais bien qu’à moyen terme c’est tout à fait délétère à moins d’être un pro qui sera bien rémunéré le temps d’un tournage de film qui lui fera gagné quelques fortunes.

Travailler sur les mouvements 1 par 1 en passant rapidement à l’autre une fois que le rendement/énergie optimal pour toi est atteint est une bonne stratégie d’utilisation de tes ressources. Après tout c’est ça la vie. Allouer les ressources adéquates là où il faut. Faire en premier ce qui est important et rapporte le plus. Et comme ta vie c’est pas que de l’entrainement et que tu as aussi d’autres choses à faire, ce paramètre est primordial si tu veux rester efficace.

A ta progression fluide.